L'En Dehors


Quotidien anarchiste individualiste





Crée le 18 mai 2002

Pour nous contacter : endehors(a)no-log.org



Comment publier un article sur le site ?


Comment publier un commentaire à un article ?


Charte du site


D'où venons-nous ?


Nos références
( archives par thèmes )


Vous pouvez nous soutenir en commandant nos brochures :

Les éditions de L'En Dehors



Index des rubriques

Les collaborateurs et collaboratrices de l'En Dehors

Liens

A noter

Recherche

Archive : tous les articles

Session
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Mot de passe oublié ?

LE CHARME DISCRET DU JURIDISME

La situation est bloquée et il faut donc en sortir. Pour cela, entre « gens biens » il faut éviter que les uns et les autres « perdent la face ». Comment faire ?

Au lieu de débattre sur le « fond », on va s'occuper de la « forme ».

Le « CPE » est une loi qui est entrain d'être soumise à l'avis du Conseil Constitutionnel elle n'est donc pas applicable. Eureka ! Voilà la solution !

Comment ? C'est très simple :

Le Gouvernement n'a pas à la retirer puisqu'elle n'est pas applicable.

Les syndicats n'ont rien à craindre puisqu'elle n'est pas applicable.

Conclusion : rien n'empêche les uns et les autres d'en discuter.

Autrement dit on va discuter de choses essentielles à propos de quelque chose qui n'existe politiquement pas.

Qui a eu cette « idée géniale» ? La bande à Sarko.

Ils nous prennent vraiment pour des imbéciles !


Patrick MIGNARD

Ecrit par , à 20:26 dans la rubrique "Actualité".

Commentaires :

  Anonyme
29-03-06
à 01:40

L'erreur ou la faute ? "choisis ton camp camarade" ...

Les conditions du dialogue ?

Si l'hypothèse de PM s'avérait réalisée, alors on pourrai probablement dire que :
1- Le dialogue a repris.
2- Le dialogue s'est renoué car on a effacé ce qu'a pu faire l'autre, bref, on ne sanctionne pas les actes d'un très haut responsable (premier ministre) : on les gomme à coup de Conseil Constitutionnel.

Toutefois, je doute que le ressentiment de tant de français, ne soit pas vu comme une faute par ses amis politiques. L'enjeu pourrai être alors de faire sortir Villepin avec les honneurs, mais rapidement pour changer la situation. N'oublions pas que les élections de ces gens sont à moyen terme. De quoi sortir honorablement, si c'est l'UMP qui l'emporte avec... Sarko proposé à la présidentielle par l'UMP ?

D'un autre côté, après le rejet de la consitution européenne -libérale- par referendum, les violences de certains jeunes du lumpenprolétariat contre ce qui symbolise la marchandise et l'État (voitures et policiers) et maintenant une des plus grosses grèves depuis 20 ans, le tout sur un fond d'abstentionnisme à toutes les élections,... bref on peut se demander ce que nos députés et ministres pensent de la notion de représentation nationale ? À qui croient-ils rendre compte ?

Who's their Daddy ?



S'ils estiment ne pas avoir de comptes à nous rendre ?

Abstention générale et discussions à la base dès maintenant !
Répondre à ce commentaire

  Anonyme
29-03-06
à 01:55

Re: L'erreur ou la faute ?

La défiance des Français vis-à-vis des hommes politiques s'accroît

LE MONDE | 25.03.06 | 12h37

http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0,36-754525,0.html

"La défiance des Français vis-à-vis des hommes politiques va croissant. Selon un sondage TNS Sofres, réalisé les 8 et 9 mars, au début de la crise du CPE, auprès d'un échantillon de 1 000 personnes pour la Journée du livre politique à l'Assemblée nationale, 69 % des personnes interrogées considèrent que ceux-ci se préoccupent "très peu ou pratiquement pas" de ce que pensent les Français, contre 58 % en 1998."
Répondre à ce commentaire



Modèle de mise en page par Milouse - Version  XML   atom