L'En Dehors


Quotidien anarchiste individualiste





Crée le 18 mai 2002

Pour nous contacter : endehors(a)no-log.org



Comment publier un article sur le site ?


Comment publier un commentaire à un article ?


Charte du site


D'où venons-nous ?


Nos références
( archives par thèmes )


Vous pouvez nous soutenir en commandant nos brochures :

Les éditions de L'En Dehors



Index des rubriques

Les collaborateurs et collaboratrices de l'En Dehors

Liens

A noter

Recherche

Archive : tous les articles

Session
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Mot de passe oublié ?

La Véritable histoire du A cerclé
Lu sur Le Monde libertaire : "Le A dans un cercle est un signe si répandu, si connu et reconnu qu’on a fini par le prendre pour un symbole traditionnel de l’anarchisme, comme s’il avait existé depuis toujours. La rumeur le fait parfois remonter à la révolution espagnole : l’œil des jeunes anarchistes est plus habitué à voir un A cerclé qu’un cible peinte sur le casque d’un milicien (fig. 1). Certains croient qu’il ferait référence à Proudhon, résumant son idée de l’Anarchie dans l’Ordre. En réalité, il s’agit d’un phénomène récent dans l’iconographie libertaire : le A cerclé a en effet été inventé à Paris en 1964 et réinventé à Milan en 1966. Deux dates, deux lieux de naissance ? Voyons-y de plus près.

 
Fig.1 : Un milicien  au casque orné d’une cible avec Durruti - 10.2 ko
Fig.1 : Un milicien au casque orné d’une cible avec Durruti

C’est en avril 1964, sur la couverture du bulletin Jeunes libertaires qu’apparait le dessin d’un sigle que le groupe J.L. de Paris propose « à l’ensemble du mouvement anarchiste » par delà les différents courants et les divers groupes ou organisations. « Deux motivations principales nous ont guidés : d’abord faciliter et rendre plus efficace les activités pratiques d’inscriptions et affichages, ensuite assurer une présence plus large du mouvement anarchiste aux yeux des gens, par un caractère commun à toutes les expressions de l’anarchisme dans ses manifestations publiques. Plus précisément, il s’agissait pour nous de trouver un moyen pratique de réduire au minimum le temps d’inscription en nous évitant d’apposer une signature trop longue sous nos slogans, d’autre part de choisir un sigle suffisamment général pour pouvoir être adopté, utilisé par tous les anarchistes. Le sigle adopté nous a paru répondre le mieux à ces critères. En l’associant constamment au mot anarchiste il finira, par un automatisme mental bien connu, pa évoquer tout seul l’idée de l’anarchisme dans l’esprit des gens. »

 
Fig.2 : Jeunes libertaires, avril 1964 - 24 ko
Fig.2 : Jeunes libertaires, avril 1964

Le sigle proposé est un A majuscule inscrit dans un cercle (fig. 2) ; Tomás Ibañes en est l’initiateur, René Darras le réalisateur. D’où vient l’idée, de la simplicité de réalisation (en particulier avec la méthode d’impression par stencils de l’époque !), du sigle antimilitariste déjà répandu du CND (Campaign for Nuclear Disarmament, fig. 3), d’autres inspirations ? L’Alliance ouvrière anarchiste affirme l’avoir utilisé dans sa correspondance dès la fin des années 1950 (fig. 4) ; mais il ne figure dans son bulletin qu’à partir de juin 1968.

 
Fig.3 : Bannière antinucléaire du CND - 13.9 ko
Fig.3 : Bannière antinucléaire du CND

La proposition des J.L. de 1964 n’a eu aucun succès, hormis quelques graffitis dans les couloirs du métro parisien - n’oublions pas qu’alors on imprimait soit sur stencils, soit en typographie classique, et qu’il aurait donc dû falloir réaliser un cliché au plomb figurant un A inscrit dans un cercle. En décembre de la même année, le A cerclé apparait en titre d’un article signé Tomás [Ibañez] dans le journal Action libertaire [1] (fig. 5). Le réseau des Jeunes libertaires, qui comptait au début des années soixante plusieurs groupes dans toute la france, s’est affaibli : les bulletins régionaux ne paraissent plus et le bulletin parisien sera en sommeil de 1965 à 1967 : plusieurs « J.L. » seront par la suite aux premiers rangs du mouvement de Mai 68. Fin du premier chapitre.

 
Fig.4 : Lettre de l’AOA à Open road (Canada, 1984) - 7.2 ko
Fig.4 : Lettre de l’AOA à Open road (Canada, 1984)

Il faut attendre 1966 pour que le symbole du A cerclé soit repris et utilisé, d’abord à titre expérimental puis réguliè rement, par la Gioventù libertaria de Milan, qui avait des rapports fraternels avec les jeunes Parisiens. Ces deux groupes ont été à l’origine du Comité européen de liaison des jeunes anarchistes (CLJA). C’est alors que commence la vie publique du sigle.

 
Fig.5 : Action libertaire, décembre 1964 - 18.2 ko
Fig.5 : Action libertaire, décembre 1964

Les premières fois qu’on le voit, c’est justement à Milan (fig. 6), où il sert de signature habituelle aux tracts et aux affiches des jeunes anarchistes, parfois associé au signe antinucléaire et à la pomme des Provos hollandais. Puis il s’étend en Italie, puis dans le monde entier ; mais on n’a presque point vu de A cerclés pendant le mai parisien en 1968, les premières traces n’apparaissent guère qu’en 1972-1973. C’est en effet au début des années 1970 qu’explose la mode du A cerclé, que s’approprient et qu’imitent les jeunes anars dans le monde. Il connait un tel succès que, selon un avis autorisé, si son inventeur l’avait breveté il serait milliardaire aujourd’hui (fig. 7).

 
FIg.6 : Tract milanais - 11.2 ko
FIg.6 : Tract milanais

Pourquoi ce succès si rapide, si frappant ? Il est dû aux motifs mêmes qui avaient fait proposer le sigle par les J.L. : d’une part il est extrêmement facile à dessiner, aussi simple que la croix, plus simple que la croix gammée ou la faucille et le marteau : d’autre part, un mouvement nouveau, jeune, en plein développement, avait appris à écrire sur les murs et se charchait un signe de reconnaissance. C’est ainsi que le A cerclé s’est imposé de fait, sans qu’aucune organisation ni groupe n’ai jamais songé à en décréter l’utilisation, et en l’absence d’un autre symbole graphique international des anarchistes (qui utilisaient parfois une symbolique désuète, comme la torche en Italie).

 
Fig.7 : revue Agora (Toulouse, 1982) - 21.8 ko
Fig.7 : revue Agora (Toulouse, 1982)

Voilà donc la vérédique histoire du A cerclé, faite de volonté consciente et de spontanéité : un cocktail typiquement libertaire. Toute autre histoire est légende.

Amadeo Bertolo, Marianne Enckell

Tiré du Bulletin du centre international de recherches sur l’anarchisme, n° 58 (Cira, Lausanne, mars-octobre 2002), après une première version parue dans le Bollettino Archivio Pinelli (Milan).

[1] Action libertaire, n° 4, Paris, déc. 1964, article titré : « Perspectives Anarchistes »



Ecrit par libertad, à 23:31 dans la rubrique "Pour comprendre".



Modèle de mise en page par Milouse - Version  XML   atom