L'En Dehors


Quotidien anarchiste individualiste





Crée le 18 mai 2002

Pour nous contacter : endehors(a)no-log.org



Comment publier un article sur le site ?


Comment publier un commentaire à un article ?


Charte du site


D'où venons-nous ?


Nos références
( archives par thèmes )


Vous pouvez nous soutenir en commandant nos brochures :

Les éditions de L'En Dehors



Index des rubriques

Les collaborateurs et collaboratrices de l'En Dehors

Liens

A noter

Recherche

Archive : tous les articles

Session
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Mot de passe oublié ?

L’ENTRAIDE, UN FACTEUR DE L’ÉVOLUTION

Lu sur Fahrenheit 451 : "Afin de démontrer que l’entraide est un facteur essentiel de la survie des sociétés humaines et pour contredire le discours dominant prônant l’individualisme et la concurrence entre tous, Pierre Kropotkine (1842-1921) recense les différents regroupements de personnes existant.

 
Dès le XVe siècle, en Angleterre, meilleur exemple de la politique industrielle des États modernes, le Parlement commence la destruction des guildes, associations de personnes poursuivant un but commun qui s’étaient considérablement développées au Moyen Âge. Il entreprit bientôt, avec le roi, de réglementer chaque métier et les techniques même de fabrication, fixant le nombre d’apprentis et celui de fils dans chaque mètre d’étoffe, avec plus ou moins de succès. En 1799, suivant l’exemple de la Convention révolutionnaire française, il considéra toute association comme un attentat contre la souveraineté de l’État, achevant ainsi son œuvre de destruction. C’est ainsi que la tendance à l’entraide eut à frayer son chemin. Pendant tout le XVIIIe siècle, les unions d’ouvriers furent continuellement reconstituées. Au XIXe siècle, les grèves furent interdites et réprimées jusqu’à ce que le droit de s’associer fut conquis et qu’un quart des ouvriers, soit 1 500 000, soit syndiqué.
Bien que la grève soit un sacrifice déchirant, avec risque de fusillade, il y en a chaque année des milliers. Les plus longues et les plus terribles sont en général des « grèves de sympathie ». Elles sont toujours l’occasion d’importantes démonstrations de soutien mutuel.
Lire la suite ici
Ecrit par libertad, à 16:58 dans la rubrique "Pour comprendre".



Modèle de mise en page par Milouse - Version  XML   atom