L'En Dehors


Quotidien anarchiste individualiste





Crée le 18 mai 2002

Pour nous contacter : endehors(a)no-log.org



Comment publier un article sur le site ?


Comment publier un commentaire à un article ?


Charte du site


D'où venons-nous ?


Nos références
( archives par thèmes )


Vous pouvez nous soutenir en commandant nos brochures :

Les éditions de L'En Dehors



Index des rubriques

Les collaborateurs et collaboratrices de l'En Dehors

Liens

A noter

Recherche

Archive : tous les articles

Session
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Mot de passe oublié ?

J'étais ce soir-là au Bataclan

Lu sur Les invités de Médiapart : "J’ai longtemps hésité à donner ce témoignage, mais je pense que cela peut m’aider, peut-être aider d’autres personnes, et permettre à tous ceux « qui n’y étaient pas » d’avoir une idée de ce qui s’est passé, une idée seulement, sans doute.

J’étais ce soir là au Bataclan, avec deux amis : V., un ami du lycée avec lequel j’avais déjà vu plusieurs fois les Eagles of Death Metal (EODM), et D., un collègue.

Nous arrivons vers 20h15, nous prenons des bières, c’est la première partie sur scène. Nous nous installons sur le côté droit de la fosse, et nous tombons par hasard sur une amie de D. La première partie terminée, nous reprenons des bières, puis les EODM arrivent vers 21 heures. Je me souviens avoir été un peu déçu du manque de punch des guitares par rapport aux précédents concerts du groupe. Au bout de trois ou quatre chansons, je vais aux toilettes puis je reviens vers mes amis avec des bières. Le son est meilleur, les riffs plus accrocheurs, mais j’échange quelques mots avec V. sur le côté trop « pop » de l’une des nouvelles chansons ; il acquiesce. Je ne sais pas encore que ce sont les derniers mots que j’échangerai avec lui, et la dernière fois que je le verrai. Le concert a commencé depuis une demie heure ou trois quarts d’heure quand j’entends un bruit de pétards derrière sur ma gauche. J’aperçois deux ou trois hommes qui avancent lentement, avec ce que je comprends de suite être un fusil-mitrailleur dont sortent des petites flammes. Pourtant, je reste à regarder et ne pense à aucun moment que c’est une attaque ou quoi que ce soit : je ne pense… rien.

Lire la suite ici

Ecrit par libertad, à 09:38 dans la rubrique "Actualité".



Modèle de mise en page par Milouse - Version  XML   atom