L'En Dehors


Quotidien anarchiste individualiste





Crée le 18 mai 2002

Pour nous contacter : endehors(a)no-log.org



Comment publier un article sur le site ?


Comment publier un commentaire à un article ?


Charte du site


D'où venons-nous ?


Nos références
( archives par thèmes )


Vous pouvez nous soutenir en commandant nos brochures :

Les éditions de L'En Dehors



Index des rubriques

Les collaborateurs et collaboratrices de l'En Dehors

Liens

A noter

Recherche

Archive : tous les articles

Session
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Mot de passe oublié ?

Histoire du mouvement anarchiste en Belgique francophone de 1945 à 2009
Bruxelles, 2001

Bruxelles, 2001

Lu sur Alternative libertaire : "Bien que depuis la première guerre mondiale, il n’existait plus de mouvement anarchiste fort en Belgique, ses militants se regroupaient principalement au sein d’une Fédération Communiste Anarchiste Belge et dans le CIDA, le Comité International de Défense des Anarchistes. Le CIDA dénonçait l’oppression des régimes fascistes et voulait voir cesser les expulsions et extraditions dont furent victimes les immigrés politiques, principalement Italiens puis les Espagnols. La Belgique durant l’entre-deux-guerres était une terre d’exil et les militants anarchistes belges de cette génération accueillirent et aidèrent de nombreuses personnes dans la semi clandestinité : des militants anarchistes italiens et espagnols (dont Ascaso et Durrutti ), des allemands, des juifs, des objecteurs de conscience, des anarchistes néo-malthusiens…

Mais l’arrivée de l’occupant nazi disloqua tout. Le mouvement se sépara pour longtemps. Ainsi, certains anarchistes quittèrent la Belgique pour la France, l’Angleterre ou plus loin encore. Certains anarchistes belges ou étrangers se lancèrent dans la Résistance, d’autres optèrent pour la collaboration. Il y eut des arrestations, des condamnations, des déportations. Les idéaux anarchistes de solidarité et de fraternité semblaient si éloignés de la réalité que certains en vinrent à en douter. Après la guerre d’Espagne, qui avait déjà rendu perplexes certains anarchistes, la deuxième guerre mondiale et son cortège d’horreurs fit des ravages dans leurs rangs. A la Libération, le mouvement anarchiste est donc totalement éparpillé.

Comme nous le verrons ici, tout au long de la deuxième moitié du XXeme sicle le mouvement va continuer ses activités d’avant guerre et essayera de se réorganiser à différente reprise pour tenter de redevenir un courant de pensée important de la société belge. Il faudra attendre l’évolution des années soixante et les nouvelles générations pour que le mouvement sans jamais redevenir le mouvement puissant du XIXe siècle, renoue un minimum avec la popularité.

La suite en PDF

Ecrit par libertad, à 18:46 dans la rubrique "Histoire de l'anarchisme".

Commentaires :

  Yapatchef
12-02-15
à 06:19

Y' en pas un sur cent et pourtant ils existent...

Concerné par l'anarchisme belge, j'ai lu ce texte avec intérêt.
Aussi florissant qu'ait été le mouvement anarchiste belge au debut du siècle passé, force est de constater qu'il n'en subsiste pas grand chose.
Afin de complèter ce récapitulatif historique, bien que l'évènement fut assez annecdotique, je me permets de rajouter qu'en 2004-2005 je me rappelle avoir participer à la mise en place d'un éphémère syndicat anarcho-syndicaliste (CNT-NCA) sur le modèle de la CNT française...
Ajourd'hui quelques assoss anarchisantes subsitent toujours, surtout en Flandre et sur la capitale (L'Acrata en est un bel exemple sur Bxl). A noter tout de même que chaque année à Gand aux environs du mois d'avril une foire du livre anarchiste est organisée.
Et en Wallonie, dans le pays noir, il reste encore au moins un anarchiste, ça j'en suis sûr !
Répondre à ce commentaire

  libertad
12-02-15
à 19:27

Re: Y' en pas un sur cent et pourtant ils existent...

Il y a aussi Wallonie libertaire : http://wlibertaire.net/

Répondre à ce commentaire



Modèle de mise en page par Milouse - Version  XML   atom