L'En Dehors


Quotidien anarchiste individualiste





Crée le 18 mai 2002

Pour nous contacter : endehors(a)no-log.org



Comment publier un article sur le site ?


Comment publier un commentaire à un article ?


Charte du site


D'où venons-nous ?


Nos références
( archives par thèmes )


Vous pouvez nous soutenir en commandant nos brochures :

Les éditions de L'En Dehors



Index des rubriques

Les collaborateurs et collaboratrices de l'En Dehors

Liens

A noter

Recherche

Archive : tous les articles

Session
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Mot de passe oublié ?

Han Ryner : Sur l’autorité

L’autorité ne peut se détruire elle-même et devenir libération.

Quand elle brise mes vieux fers, c’est elle qui m’a chargé déjà de chaînes plus solides. Dans la fameuse guerre de sécession, Tolstoï remarque que les Etats du Nord supprimaient l’esclavage classique, parce qu’ils avaient déjà forgé, plus productif, l’esclavage économique. Les Etats du Sud, en retard dans cette évolution, ne voulaient pas renoncer encore à la vieille forme d’exploitation.

Les lois, l’autorité, la force ne combattent jamais, malgré les apparences, que pour le maintient de la force, que pour le maintient de l’autorité. Combattre pour le choix des tyrans, c’est combattre pour la tyrannie. Prendre part à un conflit brutal, c’est aider au triomphe de la brutalité.

Ni pour les lois anciennes, ni pour les lois nouvelles, ni pour l’autorité d’hier, ni pour celle de ce matin, ni pour celle de demain. Si je deviens l’allié de l’une d’elles, je deviens un esclave. Le seul consentement au combat matériel constitue une défaite.

Je la limite autant que je le puis en refusant toujours et mon cœur et mon bras à l’un comme à l’autre parti.

Consentons aux nécessités naturelles, aux lenteurs inévitables dans toute création qui doit durer. Ne nous livrons pas à l’autorité dès qu’elle a l’audace de se proclamer libératrice. Sachons voir ce qui ricane sous le masque de promesses. Ce n’est pas la première fois qu’un mensonge de liberté entraîne les hommes vers les pires servitudes.

Le Réveil de l’esclave n° 30, 1er mars 1923.

Ecrit par Mirobir, à 01:18 dans la rubrique "Pour comprendre".



Modèle de mise en page par Milouse - Version  XML   atom