L'En Dehors


Quotidien anarchiste individualiste





Crée le 18 mai 2002

Pour nous contacter : endehors(a)no-log.org



Comment publier un article sur le site ?


Comment publier un commentaire à un article ?


Charte du site


D'où venons-nous ?


Nos références
( archives par thèmes )


Vous pouvez nous soutenir en commandant nos brochures :

Les éditions de L'En Dehors



Index des rubriques

Les collaborateurs et collaboratrices de l'En Dehors

Liens

A noter

Recherche

Archive : tous les articles

Session
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Mot de passe oublié ?

Espagne : recuperem l’Ateneu
Lu sur Le Monde libertaire : « Récupérons l’Athénée encyclopédique populaire », c’est le nom de la campagne lancée par Manel Aisa Pámpols 1 et ses camarades, bien décidés à obtenir enfin un local répondant aux besoins d’une structure permettant d’archiver une nombreuse documentation ouvrière et d’organiser conférences, débats et spectacles pour préserver et divulguer la mémoire sociale de Barcelone. La campagne a été lancée sous le double slogan de « Papel Quemado » (papier brûlé) faisant référence au saccage des locaux de l’AEP par les troupes franquistes et à la période 1939-1977, et « Papel Mojado » (papier mouillé, expression équivalente à « lettre morte ») pour les années 1977-2014.
L’histoire de l’Ateneu enciclopédic popular (AEP) a déjà fait l’objet d’un article de Manel Aisa Pámpols, traduit dans Le Monde libertaire 2. Rappelons simplement que l’AEP de Barcelone fut fondé en 1902 par des ouvriers et des intellectuels, passionnés de littérature, assoiffés de culture et ayant des visées pédagogiques et revendicatives envers la société en place. La déclaration de principe était la suivante : « Le premier but de l’Athénée encyclopédique populaire est l’instruction de ceux qui, travaillant de leurs mains, en sont le plus privé, et ensuite la transformation en une véritable université populaire. » Son objectif était donc clairement de conscientiser la classe ouvrière en ouvrant des bibliothèques et athénées populaires avec l’aide d’étudiants et d’artistes qui croyaient en l’instruction du peuple. C’est ainsi qu’on développa un large éventail d’activités : il y avait des sections littérature, beaux-arts, sciences naturelles, économie…
On y dispensait des cours du soir (grammaire, calcul, comptabilité, dessin industriel, solfège, piano…). Les activités sportives n’étaient pas délaissées : athlétisme, natation, lutte gréco-romaine, boxe (l’AEP fut le premier siège de la Fédération espagnole de boxe). Également des cours de gymnastique à destination des femmes afin d’en préserver « la santé, la jeunesse et la beauté », sans oublier la pratique pour tous du naturisme et du nudisme avec le groupe des Amics del Sol (Amis du soleil), organisateurs de randonnées… Jusqu’aux années 1930, l’AEP eut un rôle prépondérant dans les luttes urbaines. Son siège abritait groupes clandestins et syndicats (CNT). L’AEP regroupait ainsi ce qu’on pouvait qualifier de « gauche démocratique et laïque », ce qui allait de l’anarchisme au catalanisme et au républicanisme. Son fonctionnement était uniquement financé par les cotisations de ses adhérents. À noter à ce sujet que, dans les années 1920 et 1930, il compta jusqu’à 25 000 membres (pour celles et ceux qui aiment les comparaisons, à la même époque le Football Club de Barcelone, le fameux Barça, n’avait que 3 000 supporteurs !).
Lire la suite ici
Ecrit par libertad, à 16:28 dans la rubrique "Histoire de l'anarchisme".



Modèle de mise en page par Milouse - Version  XML   atom