L'En Dehors


Quotidien anarchiste individualiste





Crée le 18 mai 2002

Pour nous contacter : endehors(a)no-log.org



Comment publier un article sur le site ?


Comment publier un commentaire à un article ?


Charte du site


D'où venons-nous ?


Nos références
( archives par thèmes )


Vous pouvez nous soutenir en commandant nos brochures :

Les éditions de L'En Dehors



Index des rubriques

Les collaborateurs et collaboratrices de l'En Dehors

Liens

A noter

Recherche

Archive : tous les articles

Session
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Mot de passe oublié ?

Entretien avec Hélène Châtelain

Née à Bruxelles en 1935, Hélène Châtelain vient d’une famille d’émigrés, son père est russe et sa mère ukrainienne. Après ses années d’études de Lettres et sa formation de comédienne, elle décide de partir pour la France en 1956, où elle rencontre le metteur en scène Jean-Marie Serreau. Elle aborde les textes de Dürrenmatt, Yacine et Ionesco. Puis, elle se lance dans le théâtre forain et sillonne les provinces. Cette expérience terminée, elle entre au TNP où elle joue de nombreuses pièces de Brecht, Euripide et Gatti. En 1962, Châtelain tourne dans La Jetée de Chris Marker. À la même période, elle se liera à Armand Gatti, avec qui elle travaille depuis. Elle l’assiste dans la mise en scène de Chant public devant deux chaises électriques en 1966, aide à la mise en place de L’homme seul à Saint Etienne en 1967, puis, la même année, de V comme Vietnam à Toulouse. Avec Jean Hurstel, Châtelain travaille sur La Cigogne et monte en 1969 La journée d’une infirmière. Dans le même temps, elle réalise ses premiers documentaires. S’ajoute à toutes ces activités celle de traductrice du russe (elle a traduit Tchekov, Andreïev, Almarik, Pasternak…) et de directrice d’une collection de littérature russe chez Verdier (elle édite Krzizanowski, Khazanov, Dombrovsky, Chalamov, Kharms, Gueffier.…). Son parcours l’amène à s’intéresser tout particulièrement à la « dissidence soviétique ». Hélène Châtelain croise Michel Foucault avec qui elle se lie d’amitié. En 1978, avec le philosophe, elle organise « La rencontre Récamier » où, pour la première fois, des intellectuels « dissidents » rencontrent des intellectuels français de gauche. L’un de ses personnages favoris reste l’anarchiste Nestor Makhno, auquel elle consacre un film en 1996. Parallèlement, Hélène Châtelain continue d’assister Gatti dans son travail, s’intéresse de plus en plus à la réalisation de documentaires et poursuit aujourd’hui cette recherche. (I.M.)

Lire la suite ici
Ecrit par libertad, à 17:29 dans la rubrique "Actualité".



Modèle de mise en page par Milouse - Version  XML   atom