L'En Dehors


Quotidien anarchiste individualiste





Crée le 18 mai 2002

Pour nous contacter : endehors(a)no-log.org



Comment publier un article sur le site ?


Comment publier un commentaire à un article ?


Charte du site


D'où venons-nous ?


Nos références
( archives par thèmes )


Vous pouvez nous soutenir en commandant nos brochures :

Les éditions de L'En Dehors



Index des rubriques

Les collaborateurs et collaboratrices de l'En Dehors

Liens

A noter

Recherche

Archive : tous les articles

Session
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Mot de passe oublié ?

DUALITE SOCIALE / DUALITE DE POUVOIR
Il y a quelque chose d’étrange dans la vision que nous avons aujourd’hui du «changement social». Ce changement serait une sorte de «basculement» spontané d’une réalité dans une autre réalité. Que ce soit les élections, chères à la Gauche ou la «grève générale» insurrectionnelle, chère aux anarchistes, le changement dans les deux cas est «datable».

Nous sommes confortés dans cette erreur par la manie de fêter des évènements: le 14 juillet 1789 c’est la Révolution Française,… qui peut le nier? Pourtant est ce aussi simple?


Cette pratique, qui représente j’en conviens une certaine commodité, est parfaitement réductrice de la réalité historique et nous entraîne depuis des décennies dans des erreurs stratégiques regrettables. C’est aussi peut-être une conséquence de la manière dont on nous a enseigné l’Histoireet/ou peut- être dont nous l’enseignons : souvent une liste fastidieuse, mais aussi parfois, plus ou moins anecdotique de dates, d’évènements et de personnages plus ou moins (plutôt plus que moins) mythiques. Des évènements qui deviennent tellement importants qu’ils semblent suspendus dans le temps historique. La réalité historique est tout autre.


LE SENS DE L’HISTOIRE


La spontanéité des changements dans l’Histoire n’est que pure illusion. Un évènement important, voire déterminant, n’est jamais que l’aboutissement d’un processus qui lui a donné naissance et qui lui a donné son sens. L’importance que parfois il prend est trop souvent fabriquée par les historiens ou ce qui se prétendent l’être ou ce qui ont intérêt à présenter les choses de cette manière. On ne saurait entrer dans une période de l’Histoire en s’attachant simplement à quelques dates. Certes, certaines dates représentent des évènements importants et peuvent être des repères dans le fil complexe des évènements mais c’est l’ensemble du processus des faits sociaux, dont les dates ne sont que des jalons, qui donnent tout son sens à ce qui s’est passé.

Le moment du basculement, de l’effondrement d’un système et son remplacement par un autre est, peut être, moins important que tout ce qui l’a précédé. L’aspect spectaculaire du basculement prend le pas, dans l’imaginaire collectif, sur la mécanique intime du déroulement des évènements qui y ont conduit. Le danger, dans la lecture de l’Histoire est bien entendu que de ne retenir uniquement que la fin du processus, la partie la plus spectaculaire, celle «qui fait date»… et d’en tirer des conclusions toujours beaucoup trop hatives. Réduire la connaissance de l’Histoire à de simples évènements caractéristiques conduit à une double erreur:
- fétichiser l’évènement «final», en en faisant un exemple en soi. Ainsi, sa «théorisation» occulte totalement le processus historique qui lui a donné naissance. La connaissance (en fait la méconnaissance) de l’Histoire se réduisant à la lecture, souvent subjective et passionnelle, et pour cause, de l’évènement.

- séduit par l’évènement, tenter de reproduire mécaniquement «ce qui s’est passé». La «théorisation» basée sur la fétichisation de l’évènement conduisant évidemment à des erreurs stratégiques… simplement (si l’on peut dire), parce que n’existent pas deux évènements, deux situations identiques, dans l’Histoire.

LA MAUVAISE CONSCIENCE DE L’HISTOIRE


Ceci explique que la question du pouvoir est fondamentalement, stratégiquement moins importante que celle qu’on lui donne depuis deux siècles.

Le 20e siècle a été celui des «stratégies et tactiques» de prises du pouvoir. Que ce soit de manière violente et théorisée, sous sa forme putschiste avec toutes ses variantes, que ce soit sur le mode électoral ou à l’occasion d’une guerre. Toutes les formes ont abouti à un même résultat: l’échec. Si le système marchand a pu être, à un moment donné déstabilisé, mis en difficulté socialement, il s’en est toujours tiré et en est toujours sorti renforcé…Les soit disantes «victoires» ont toujours été relatives et conjoncturelles. Il suffit de voir où nous en sommes aujourd’hui. (voir par exemple l’article «ACQUIS SOCIAUX, RIEN N’EST JAMAIS ACQUIS!»)

Donc, de deux choses l’une: ou bien le système marchand est indestructible et constitue la quintessence du développement des rapports sociaux… et il n’y a plus rien à faire. Ou bien le problème de son dépassement a été, et est, systématiquement mal posé et ne pouvait aboutir à aucun succès.

Le drame c’est que le problème n’est jamais posé en ces termes et que l’histoire des luttes n’est qu’un sempiternel renouvellement des erreurs.

La nature du «pouvoir alternatif» n’est pas de la même nature que celle du pouvoir en place. Poser la question de l’existence, de la nature du pouvoir alternatif n’a pas de sens en dehors de la structure sociale qui est censé le représenter. Or, ce à quoi nous assistons actuellement c’est précisément à une tentative de définition d’un pouvoir «en soi», de «Gauche», de «vrai Gauche», de «100% à Gauche», «Alternatif»,… dont on ne sait évidemment pas de quelle structure sociale, c'est-à-dire que tels rapports sociaux il est, ou sera, représentatif… on se base pour le définir sur de vieux schémas qui nous ont séduit .(Front populaire, Libération, Révolution Française, celle de 1917, …)

En bref la situation se résumerait à: «on va prendre le pouvoir puis ensuite on verra». Non seulement les choses ne se passent pas comme cela, mais quand elles se passent ainsi, c’est la catastrophe.


REPENSER LA NATURE DU POUVOIR


C’est une fausse conception de la nature du pouvoir qui entraîne cette vision singulière de l’Histoire, source d’aberration stratégique en matière d’action politique.

Le Pouvoir est toujours celui d’une structure sociale, aussi bien quand il le prend, le pouvoir, et à fortiori quand il l’a. La neutralité sociale du Pouvoir n’existe donc pas. Il est vrai que tous les systèmes ont combattu cette idée, faisant du Pouvoir une entité absolue, détachée des contingences sociales et qu’il est, bien entendu, impossible de remettre en question. Démarche tout à fait logique car tout Pouvoir installé, institutionnalisé, est conservateur, tout Pouvoir est totalitaire dans sa conception qu’il a de lui-même et dans la conception qu’il a des rapports sociaux dont il est le garant. Aucun Pouvoir ne peut imaginer la remise en question de la structure sociale, des rapports sociaux, dont il est le garant… ce serait se nier lui-même.

Le système marchand ne fait évidement pas exception, et fait que toutes les variantes de la forme du Pouvoir qu’il autorise, garantissent les rapports sociaux marchands et exclusivement eux… essentiellement le salariat sous toutes ses formes… aussi bien les plus «sociales» que les plus libérales.

Les seuls changements autorisés ne se font que dans le respect et la garantie de la pérennité de ces rapports le processus dit démocratique ne fonctionne d’ailleurs que dans le respect de ce principe… ce qui explique que les élections, aussi démocratiques soient-elles, ne changent et ne changeront fondamentalement rien.

Le changement, l’alternative, ne se jouent donc pas dans la sphère du Pouvoir, mais ailleurs, dans l’évolution de la nature des rapports sociaux, c'est-à-dire dans ce qui fonde, justifie et donne un sens au Pouvoir (voir l’article «TRANSITION»). C’est essentiellement la structure sociale, les nouveaux rapports de production, qui font le pouvoir social et économique, qui fondent le Pouvoir,… pas l’inverse. L’Histoire du 20e siècle, avec toutes ses «révolutions» avortées en est le plus parfait exemple.


L’ALTERNATIVE DANS LA DUALITE DE POUVOIR


C’est donc dans la dualité du pouvoir social, économique, dans la «pratique alternative» ou plus exactement «l’alternative pratique» que se forge le monde nouveau… pas dans les déclarations et motions, aussi pertinentes et convaincantes soit-elles, élaborées à grand frais de réflexion, de concertation, de négociation entre petits ou grands groupes politiques restreints.

L’alternative commence à apparaître quand, concrètement, l’organisation sociale et économique prend des formes alternatives, nouvelles, qui correspondent à un autre état d’esprit, une autre philosophie, d’autres valeurs, autre dit lorsque le vieux système en place entre en déliquescence, est contourné, est nié dans son existence quotidienne. Lorsque la collectivité fait l’apprentissage concret d’une nouvelle relation sociale, lorsqu’elle se convainc que l’ancienne est obsolète et a fait son temps. voir les articles «DECADENCE» et TRANSITION».

Alors, mais alors seulement on peut parler d’alternance, la vrai, celle qui substitue des rapports sociaux nouveaux aux anciens. On peut parler de dynamique de changement. Alors oui, se posera la question du «Pouvoir», celui de l’ancien monde déliquescent et celui du nouveau.

Quelle forme prendra cette confrontation dans la phase finale de l’alternance? Sous quelle forme apparaîtra le nouveau Pouvoir? Personne ne peut évidemment le dire, mais l’issue du processus dépendra de la qualité des rapports sociaux nouveaux qui auront été créés.

Le discours sur le changement ne sera alors plus du simple domaine de la spéculation intellectuelle ou des promesses électorales, il plongera ses racines dans une pratique sociale dans laquelle tout un chacun-e sera partie prenante.


Patrick MIGNARD

Ecrit par , à 15:17 dans la rubrique "Pour comprendre".

Commentaires :

  anonym3
06-02-05
à 13:58

la révolution sociale et la liberté politique ?

La révolution sociale n'est elle pas le meilleur moyen pour clarifier ces dualités (que certains appellent 'lutte des classes' ou 'luttes sociales') ?

Quant à la "gréve générale insurrectionnelle", ce n'est pas la solution de "tous" les anarchistes, d'ailleurs certains ajoutent "expropriatrice". Mais, c'est une possibilité, un moyen intéressant (mais il y en a d'autres) pour amener à de nouveaux rapports où la liberté politique est présente .
Répondre à ce commentaire

  Anonyme
06-02-05
à 17:40

La forme du double-pouvoir est-elle indéterminable ?

Critique :

AVERTISSEMENT : Il n'est certes pas question d'établir un programme du changement social, cela serai absurde car ce changement sera produit par des hommes et ceux doivent être libres et non-soumis à un parti ou une idéologie sous peine de reproduire la division décideur/exécutant que nous souhaitons abolir.

Cependant, la coexistance d'un double pouvoir est le premier pas vers la révolution (la mort du Pouvoir). Or la forme même du pouvoir alternatif est déterminée par le pouvoir qu'elle vise à abolir puisse que c'est sa lutte principale et aussi parce que le pouvoir nouveau doit s'exercer sur ce que l'ancien dominait; non plus comme forme séparée des hommes mais comme la manifestation de ce que sont les hommes, c'est-à-dire sans qu'une partie de la communauté prenne le pouvoir sur l'autre partie (l'Etat). Ainsi des manifestations actuelles de ce double pouvoir sont perceptibles, communicables, réprimables, soutenables, etc. ; bref, on peut trouver des gens qui participent aujourd'hui à la constitution d'un double pouvoir. ce qu'on ne peut trouver c'est ce qu'ils décideront de vivre s'ils gagnent, ou les choix stratégiques qu'ils feront dans leur lutte. Mais on peut dire, après-coup, voire pendant l'évènement si on est acteur, ce qui va vers la liberté ou vers l'autorité sociale.

Répondre à ce commentaire



Modèle de mise en page par Milouse - Version  XML   atom