L'En Dehors


Quotidien anarchiste individualiste





Crée le 18 mai 2002

Pour nous contacter : endehors(a)no-log.org



Comment publier un article sur le site ?


Comment publier un commentaire à un article ?


Charte du site


D'où venons-nous ?


Nos références
( archives par thèmes )


Vous pouvez nous soutenir en commandant nos brochures :

Les éditions de L'En Dehors



Index des rubriques

Les collaborateurs et collaboratrices de l'En Dehors

Liens

A noter

Recherche

Archive : tous les articles

Session
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Mot de passe oublié ?

DENIS ROBERT, LA VÉRITÉ SUR CHARLIE


Lu sur Là-bas si j'y suis : "Cavanna n’était pas le seul. Il y avait Choron l’autre Mohican, et tous les autres, Reiser, Gébé, Cabu, Siné, Fournier, Delfeil de Ton, Wolinski et toute la bande d’Hara Kiri puis de Charlie dans les années 70. Tous ont reconnu le rôle fondamental et le talent généreux de François Cavanna.

Mais son nom ne fut guère évoqué lors des attentats de janvier dernier. On a bien peu évoqué ce Charlie là. D’autres se sont bousculés pour montrer leurs larmes devant les caméras. Il faut dire que Cavanna était mort un an avant, il avait pris les devants pour ne pas voir le dernier bal tragique. Mais s’il a été oublié c’est surtout que son cadavre devenait encombrant. Dans son tout dernier livre Lune de Miel avec une sorte de douleur douce et poignante il décrit le traitement dégueulasse de Philippe Val à son égard lors d’un festival de Cannes. « Jusqu’à l’ultime seconde j’écrirai », dit Cavanna superbe. Et c’est ce qu’il a fait. Denis Robert l’a filmé à la fin de sa vie ; ses derniers jours. Le film a failli s’intituler « Cavanna 0,44% ». C’est le montant des miettes qui lui étaient versées, alors que Philippe Val s’octroyait une part de 60% du gâteau.

Lire la suite ici

Ecrit par libertad, à 08:39 dans la rubrique "Actualité".



Modèle de mise en page par Milouse - Version  XML   atom