L'En Dehors


Quotidien anarchiste individualiste





Crée le 18 mai 2002

Pour nous contacter : endehors(a)no-log.org



Comment publier un article sur le site ?


Comment publier un commentaire à un article ?


Charte du site


D'où venons-nous ?


Nos références
( archives par thèmes )


Vous pouvez nous soutenir en commandant nos brochures :

Les éditions de L'En Dehors



Index des rubriques

Les collaborateurs et collaboratrices de l'En Dehors

Liens

A noter

Recherche

Archive : tous les articles

Session
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Mot de passe oublié ?

COMPETENCE ET POUVOIR
--> ENTRE COMPETENCE ET ACCESSION AU POUVOIR
« Deux français sur trois penseraient que le Front National n’aurait pas les compétences pour gouverner ».
Ce sondage peut-il nous rassurer ? Certainement pas ! Il n’y a aucun lien entre la compétence attribuée à un parti politique pour être au pouvoir et son accession effective.

Dans les années 30 du 20e siècle, en Allemagne, on n’accordait généralement aucun crédit au parti qui devait accéder, légalement, au pouvoir en 1933 – revoir à ce propos les commentaires de l’époque. Pourtant c’est bien lui qui, utilisant habilement les institutions et les libertés accordées par la République de Weimar, a fini par s’imposer… on connaît la suite.

On ne peut certes établir un parallèle strict entre les deux époques… l’Histoire ne se reproduisant jamais de la même manière… Mais des constantes sont à prendre en compte.

La crise qui ravage la société, creuse les inégalités, exacerbe les ressentiments, détruit les espoirs d’avenir.

L’autisme des partis politiques allié aux rigidités des institutions ôte tout espoir de changement d’une situation qui devient, pour le plus grand nombre, de plus en plus insupportable.

Le vote, seul instrument, légal, entre les mains du peuple devient un défouloir : on ne vote plus pour, mais contre.

La confusion des débats entretenue par les titulaires du pouvoir et l’opposition aboutit à la réflexion : « Et si on asseyait ce parti dont tout le monde dit du mal… on verra bien ! ».

L’écœurement général, devant les scandales touchant la classe politique, entraîne une abstention massive.

L’habileté de la démagogie constamment assénée, promettant tout, trouvant des boucs émissaires,… finit par pénétrer les consciences.

Tous ces facteurs, toutes ces causes créent une alchimie politique qui fait/peut faire qu’une organisation politique qui ne bénéficie pas d’une bonne opinion générale en matière de compétence, voire du moindre crédit, accède finalement au pouvoir. Elle peut alors se prévaloir d’une légitimité populaire. Il est alors trop tard.

Les regrets arrivent toujours trop tard !


14 septembre 2014 Patrick MIGNARD
Ecrit par , à 20:07 dans la rubrique "Pour comprendre".



Modèle de mise en page par Milouse - Version  XML   atom