L'En Dehors


Quotidien anarchiste individualiste





Crée le 18 mai 2002

Pour nous contacter : endehors(a)no-log.org



Comment publier un article sur le site ?


Comment publier un commentaire à un article ?


Charte du site


D'où venons-nous ?


Nos références
( archives par thèmes )


Vous pouvez nous soutenir en commandant nos brochures :

Les éditions de L'En Dehors



Index des rubriques

Les collaborateurs et collaboratrices de l'En Dehors

Liens

A noter

Recherche

Archive : tous les articles

Session
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Mot de passe oublié ?

bonjour a tous

j'ai parcouru ce site et l'ai trouvé vraiment bien ! moi aussi depuis longtemps j'ai en tete de vivre dans un monde différent de celui dans lesquels on vis et chaque jour nous étouffent , j'avais crée un forum a ce sujet mais il est résté sans succés . je pense qu'un projet de société parallele en pleine foret est possible mais comment faire cela sans qu'on sois qualifié de squatteur et jetés comme tel , je connais beaucoup d'endroits sympathiques tel que les gorges du tarn et la région des grands causses dans les cévennes ! j'y ai rencontré des gens qui comme nous sont en marge de ce systeme , il manque quelques petites choses pour que ce projet réussisse " a mon avis il faudrais déja que l'on se réunisse pendant quelques jours car il n'y a que l'unité qui fais la forçe , de deux on ne pourra pas se passé entierement de la société car il nous faudra certainement achetté du tabac pour les fumeurs , on aura toujours besoin de telephone ou d'internet pour faire connaitre et reconnaitre notre mouvement , dite moi le si je me trompe mais je pense etre dans le vrai !


je propose


je propose une rencontres des membres du site aux alentours du 08 sept 2008 dans les gorges du tarn aux rosiers prés de millau , le cadre est agréable et il y'a un camping ou les proprio de l'époque étais super ! nous pourrions partagé nos expériences et discuté de la mise en place de nos projets communs , j'attend vos réponses avec impatience

besoins et ressources

voila , comme presque tout le monde içi je reve d'autres choses et d'une autre vie ! je sais bien que nous sommes des milliers voir des millions a pensé la meme chose hors nous sommes trop divisé ! il faudrais pour mené nos projets a bien que l'on sois unis . d'autre part nous avons besoin de plaçe et de terrains , comment faire ?

nous aurons toujours besoin de certaines choses qu'offre ou nous fais payé cher babylon

si quelqu'un a des idées a ce sujet qu'il se lance !!!!

viva la libertad

Ecrit par keurdeloup45, à 19:44 dans la rubrique "colonies et communautés anarchistes".

Commentaires :

  satya
22-06-08
à 20:56

il faudrais pour mené nos projets a bien que l'on sois unis . d'autre part nous avons besoin de plaçe et de terrains , comment faire ?

bonjour;

deux éléments différents dans ta question:
- d'abord comment être unis autour du projet, pour cela essaie d'écrire une sorte de chartre à laquelle les gens pourraient adhérer

- ensuite comment faire pour les terres: là il y a plusieurs possibilités
  • tu peux, appuyé sur ta chartre lancer une souscription financière et acheter une ferme avec du terrain (il y a des gens qui l'ont fait l'année dernière dans le pays basque et qui ont réussi, le seul problème que j'y vois à titre perso c'est qu'encore une fois cela a fini par tourner autour d'un couple or mon expérience est justement que c'est une mauvaise idée car les couples ne durent pas ce qui est normal
  • tu peux trouver un endroit avec une commune sympa, il parait que dans le centre de la france il y a des petites mairies communistes comme cela, tu (m'enfin vous à plusieurs c'est mieux) convainc la mairie par exemple de faire passer dans les 20% de logement social obligatoire quelques fermes et là des groupes peuvent s'installer.
  • demander à ceux qui existent déjà s'ils n'auraient pas de la place comme les gens de la nef au fous qui sont des écolos par exemple?
je pense que ce sont les deux possibilités les plus réalistes et à même d'exister, il y a quelque temps j'ai vu un reportage d'allemands qui avaient bénéficié d'un grand espace en corse car ils étaient copains avec le proprio mais quand celui ci est mort, sa fille fait tout pour les virer.

de mon expérience passée je sais qu'il est essentiel d'assurer la pérénité et que cela signifie pour créer des milieux libres de ne pas les faire reposer sur des couples mais sur une asso ou un collectif donc une personne morale et pas physique et d'autre part de s'assurer au maximum de ne pas se faire virer rapidement. les squatts en france sont catastrophiques en opposition aux squatts aux pays bas par exemple, qui eux au contraire ont un statut social reconnu.
Répondre à ce commentaire

  keurdeloup45
25-06-08
à 18:34

Re:

merçi satya

je pense que tu n'a pas tort et cela dois etre murement réflechi car si on dois se lancer

se n'est pas non plus pour se cassé la tete 1 an apres voir plutot , il faut etre sur de nous et de

l'endroit ou l'on compte s'installé pour vivre a notre maniere !

Répondre à ce commentaire

  takpilem
23-06-08
à 01:22

reponse à keurdeloup45

Bonjour Keurdeloup45
es tu d' orleans = 45 ?
as tu lu sur le site de l' endehors l' article paru le mardi 10 juin à 21 h 40 et intitulé
Rencontre européenne écolo anar tout juillet en Pologne
retrouvable aussi en tapant ce titre sur www.google.fr
?
Tous les jeunes européens qui veulent créer des communautés, ou vivre dans une communauté dans un coin de nature perdu et pas cher vont se retrouver pendant un mois dans la nature en Pologne.
Certains de ces jeunes ont déjà l' intention de partir après cette rencontre anarchiste primitiviste dans une forêt immense, grande comme le Portugal, ihhabitée ou presque inhabitée, et qui appartien à la France
Répondre à ce commentaire

  keurdeloup45
25-06-08
à 18:27

Re: reponse à keurdeloup45

salut takpilem

oui je suis d'orléans enfin a coté , je n'es pas encore lu l'article dont tu me parle , mais je vais y faire un saut ! peut etre que c'est aventure sera constructive et qui sais faire évalué notre projet . je jette mon oeuil et je te dis ça

Répondre à ce commentaire

  noals
24-06-08
à 07:26

le problème n'est pas de réunir toute les personnes qui ont le même point de vue, le problème est de convaincre ceux qu'ils ne l'ont pas.
j'suis à 200% pour le genre de propositions que tu propose mais j't'avouerai que de croire qu'il encore possible de vivre en paix à l'écars d'une société sans qu'elle ne tente de brisé cette paix me laisse perplexe.
c'est ma pas une question de peur, c'est juste une question d'habitude de vécu.

'fin bref, pour ce qui est des idées, de la façon dont je conçois les choses, t'a besoin de personnes qui sont déjà autonome d'une certaine manière dans les services qu'ils peuvent fournir. (d'ou ma premiere remarque)
si de ce point de vue la, t'arrive à faire des accord d'échange entre les différent protagoniste que tu aura réuni pour que chacun y trouve son compte sans metre d'argent en jeu, t'aura, on aura ce nouveau monde.

c'est pas compliqué à comprendre.
tu prend par exemple un fournisseur/installateur de panneau solaire.
il y aura l'usine, les employé et le patron
de quoi ils ont besoin ces gens là ?
d'argent ....
mais dans le fond, il veulent juste avoir ce qui leur plait et se nourir ainsi que leur famille si famille il y a.

d'autre part, t'arrive à avoir de ton coté des fermiers qui eux pourrons fournir de la nourriture par exemple.
mais c'est pareil, de quoi ils ont besoin eux ?
d'argent....
mais dans le fond, il veulent juste payer leur electricité, ce qu'il leur plait, la nouriture, on peut dire qu'ils en ont.

si mes deux protagoniste sont d'accord, j'ai d'un coté de l'electricité, de l'autre de la nouriture + de la main d'oeuvre avec les membre de la communauté qui veux quelque chose de différent.
qu'est-ce qui manque ?
de l'eau par exemple.

un distributeur d'eau qui s'occupe de l'installation etc...
tous les gens qui travail pour ce genre de société, qu'est-ce qu'il veulent ?
de l'argent (je sais j'me répète mais bon..)
mais dans le fond, il veulent juste avoir ce qui leur plait, se payé leur electricité, leur nouriture...

si mes trois (façon de parler) protagoniste sont d'accord avec mon point de vue, il ont déjà de l'electricité, de l'eau et de la nouriture.
qu'est-ce qui manque ?
etc....


j'sais pas si mon exemple est asser explicite mais la seule chose qui faut se dire pour une vrai solution durable, c'est que si chacun y trouve son compte sans cette notions d'argent mais plutôt avec une notions de partage, tu sera dans le vrai.

la remarque qu'on pourrait me faire c'est que meme ceux qui travaille dans une compagnie d'electricité paye quand meme leur electricté, ceux qui travaille dans une compagnie d'eau paye quand meme leur eau et les fermier se paye quand meme d'autre nouriture.
c'est la ou les gens sont cons et où la société telle qu'elle est aujourd'hui devrait se faire enculé bien profond.

la seul question encore pertinente je pense est "qu'est-ce qui manque ?"
pour l'instant, la seul réponse que j'vois est "un peu de bon sens, un peu de bonne volonté, du courage et de la bonne foi"
personnellement j'manque de bonne volonté, j'suis totalement gavé et j'ai mes raison.

ceci dit, créer une nouvelle société avec celle qui pseudo-existe déjà sans pour autant prendre en compte ses méthodes est pour moi la solution.

Répondre à ce commentaire

  takpilem
24-06-08
à 14:04

Re: rencontre en Pologne pour créer des communautés

Suite de ma réponse :

cette immense forêt, 8 millions d' hectares, est située dans le département français Guyane, un département recouvert à 97% par la forêt amazonienne, département inhabité à 95%.

La partie sud est géologiquement vide = aucune ressource minière, pas d' or, donc pas de pollution. C' est là qu' on a trouvé une propriété de 2 millions d' hectares qu' on nous offre, soit 100 km sur 200 km.

Conditions découlant du décret inter ministériel n° 87-267 de fin avril 1987, pour avoir le droit d' occuper gratuitement la forêt domaniale de l' Etat français :

Le préfet signe un arrêté de constatation de droits d' usage collectifs sur la forêt domaniale à deux conditions:

1°= vivre en communauté

2°=vivre en autosubsistance de façon traditionnelle .

Comme la Constitution française est valable pour tous les citoyens, sans distinction de race, d' ethnie, de religion, etc... , ce décret est valable pour tous les citoyens de l' Union Européenne... autrement dit, on peut être squatteur, ne rien demander à personne, juste s' installer au milieu de cette forêt, et si cela chante au préfet, il n' a qu'à "constater" le fait accompli, comme l' y autorise la loi. Et on s' en fou s' il ne le fait pas. En Guyane, l' Etat n' a pas les moyens matériels pour déloger quiconque se cache très loin au fond des bois, car les forces de l' ordre sont déjà totalement débordées et dépassées par l' invasion des chercheurs d' or au centre et au nord de la Guyane.

Donc à nous de nous constituer en communauté d' habitants, et de nous mettre à vivre traditionnellement des ressources de la forêt : vivre dans et de la nature.

Pas de division des tâches, pas de métiers, pas besoin d' argent. Tout le monde fait tout et tout le monde sait tout faire, grâce à une vie simple, qu' avec ce qui est fabricable dans nos villages, artisanalement.

Donc, contrairement aux "conseils" du message précédent, il n' y a pas d' une part des fabricants de panneaux solaires photovoltaïques, et d' autres part des paysans, et entre les deux, un échange commercial, monétaire.

Nous, on veut vivre en s' inspirant de nos lointains ancêtres d' avant l' existence des Etats et des industries, on veut vivre en nous inspirant des antiques savoirs-faire de nos voisins les Indiens d' Amazonie, donc dans le cas de cette forêt inhabitée sur 2 millions d' hectares, nos voisins du côyé de l' Oyapock = les Wayapi, et du côté du fleuve maroni = les Wayana.

On n' a pas besoin d' électricité pour vivre !

Et l' eau, c' est simple, elle tombe du ciel ! Pas besoin de tuyaux !

Savoir faire de la poterie est suffisant.

Il est réjouissant de savoir qu' il existe encore dans la forêt amazonienne, encore à 70% intacte, au dernier recensement, 68 petites tribus qui n' ont encore jamais échangé quoique ce soit avec le monde colonial venu envahir les Amériques à partir de 1492.

Donc il existe encore des espaces hors occidentalisation, des espaces de liberté. On n' est pas condamné à vivre "dans" la société moderne, l' ailleurs existe encore !

Donc il existe encore des êtres humains qui connaissent toutes les astuces de la vie concrête en totale autarcie... Ils ont des haches de pierre, ils ne dépendent pas des ressources minières, et des usines métallurgiques. Vivre sans dépendre de ce qui se fabrique en usine est encore possible !

Nous sommes en tant qu' anarchistes primitivistes profondément attachés à la vie libre, sans aucune organisation coercitive, sans aucune mégamachine sociale de type "Etat". La catastrophe écologique qui se profile à l' horizon ne sera jamais pour nous un argument pour obéir à "Papa-Etat" au nom de la peur de la catastrophe. Loin de tout citoyennisme, nous sommes contre "l' Union Sacrée", la discipline masochiste de la restriction et du sacrifice, cette austérité religieuse et contrite prônée par les décroissants. Nous sommes pour la subversion festive, la débauche orgiaque, le dévergondage des sens, l' apologie des plaisirs...

Nous sommes pour l' indiscipline, l' effronterie et les éclats de rire.

Nous sommes pour la destruction ludique et luddiste des usines et de toute cette société "spectaculaire-marchande" = pour la destruction de la société industrielle. Pour que les riches pissent de trouille et soient obligés de se sauver, face à notre colère insurrectionnelle, armée de bric et de broc, en participant partout, sans mots d' ordres, aux coups de main spontanés et jouissifs. Que les incendies éclatent partout !

Il n' y a rien de respectable dans leur monde criminel qui mène à la Sixième extinction massive des espèces.

Soyons déchaînés !

Non aux chaînes de la soumission ! Non à la retenue, la politesse bourgeoise, au formatage de nos comportements lissés et policés. Soyons mal-polis, intrépides, violents, casseurs, fouteurs de merde. Il n' y a rien à respecter dans leur monde ignoblement injuste. Arrêtons de nous frustrer, de nous retenir... Cassons tout ! Sabotage généralisé, et fuite dans nos maquis de la résistance, maquis les plus planqués possibles, au fond des forêts les plus impénétrables, et autres marges sauvages de leur civilisation de merde. Fuire pour mieux revenir inopinément, en les prenant par surprise, en multipliant nos attaques et nos replis stratégiques immédiats. Insaisissables et partout à la fois. A chaque fois, nous entraîneront dans nos maquis des hordes de jeunes fugueurs que guettait la désespérance des cités... A chaque fois, nous créeront de nouvelles communautés hilares et festives, pleines de joyeuses luronnes et gais lurons, pour y vivre le "Grand Soir" tous les matins.

Ne rentrons jamais dans le salariat. Insoumission totale. Désertion. Faisons sécession. Fuyons ! Ne perdons pas notre vie à la gagner ! A bas l' argent, à bas la richesse ! A bas tous les rêves de vie bourgeoise ! En finir avec le carriérisme, l' espoir imbécile de l' ascension sociale, du métier qui rapporte...

Voir sur www.google.fr le texte = choisir la résistance, prendre le maquis.

Ne pas tomber dans le piège du catastrophisme, devenu le dernier argument à la mode pour imposer aux citoyens inquiets et affolés la soumission à l' Etat, le citoyennisme bon chic bon genre, le "bon geste" écolo quotidien, la "consommation" éthique et équitable en tant que "consomm'acteur", alors qu' il faut carrémént cesser de consommer, boycotter tout, ne plus rien acheter dans leur système de merde, car de toute façon, consommer, c' est être sommé d' être con = livre de Marie Bénilde = "On achète bien les cerveaux" éditions "Raison d' agir"2007.

Le situationiste intrépide René Riesel, un de ces "enragés" de 18 ans en mai 68, toujours indécrottablement indomptable, vient de publier (juin 2008, éd. Encyclopédie des nuisances)=

"Catastrophisme, administration du désastre et soumission durable"

où il s' acharne à démontrer les pièges de ce catastrophisme qui sert d' alibi pour obtenir l' obéissance des foules, alors qu' il faudrait mener de front "une critique sociale qui serait à la fois anti-étatique et anti-industrielle"(page 98), donc ne rien attendre de l' Etat ni des boyscouts du milieu associatif face au désastre qui se met en place... Au contraire : être rebelle jusqu' au bout des ongles.

J' ajouterai : ne pas être indomptable juste pour la gloire et la noblesse du geste, tel un héros désespéré, mais être dans l' insoumission absolue pour échapper au désastre, nous donner le maximum de chances de survivre, au lieu d' être dans le fatalisme de Riesel qui évoque "l' écroulement de la société industrielle, AVEC NOUS DESSOUS", ajoutant qu' "il n' y a donc pas lieu de supputer ses chances et de spéculer sur un "après"...

On se réunit justement en Pologne en Juillet car on ne veut pas crever dessous ! Ce rassemblement doit nous servir à comploter entre nous pour mettre en place les moyens de survivre en continuant à proclamer notre indéfectible attachement à la liberté propre aux anarchistes.

Nous ne serons jamais des animaux domestiques gentiments parqués par l' Etat dans les cages de la soumission. Nous sommes des animaux sauvages, indomptables. Nous n' irons jamais nous cacher en bon ordre dans les abris anti-atomiques de l' Etat, en bon ordre, en bons citoyens disciplinés, épris d' austérité religieuse et non-violente, (la "retenue" des "décroissants"), obéissants, tétanisés par les discours catastrophistes...

Répondre à ce commentaire

  noals
24-06-08
à 15:55

Re: rencontre en Pologne pour créer des communautés

ne me fait pas dire ce que j'n'ai pas dit.

Répondre à ce commentaire

  libertad
08-01-09
à 09:57

toujours partants ?

Message de keurdeloup45
"toujours présent , j'attend quelques messages privés pour monter a bien notre projet si cela vous intéresse toujours ?
gael "
Répondre à ce commentaire



Modèle de mise en page par Milouse - Version  XML   atom